Découverte

Administration

Politique

Vie locale

13.07.2018

Fermeture des offices postaux: le Conseil fédéral n'interviendra pas contre la fermeture de la poste d'Auvernier

En marge du rassemblement populaire du 28 mai 2018 pour la défense des offices postaux de la Commune de Milvignes, le Conseil communal, fort du soutien de la population, a interpellé le Conseil fédéral, le priant de suspendre la procédure de fermeture de l’office d’Auvernier et la mise en danger des offices de Bôle et de Colombier. Le Conseil fédéral considère qu’il ne lui appartient pas d’influencer les affaires opérationnelles de l’ex-régie fédérale.

Le 29 mai 2017, la Poste Suisse SA a informé le Conseil communal de Milvignes, par courrier, que la fermeture des offices postaux de Bôle et d’Auvernier serait examinée et que la filiale de Colombier serait maintenue jusqu’à l’horizon 2020.

Suite à ce courrier, le Conseil communal a reçu, à plusieurs reprises, des représentants de la Poste Suisse SA afin de connaître les intentions de l’ancienne régie fédérale. Tout en souhaitant le concours des Autorités communales, les représentants de la Poste ont relayé le souhait de leur entreprise de procéder à la fermeture des offices postaux de Bôle et d’Auvernier, dans un avenir proche, les remplaçant par des alternatives que sont l’agence postale ou le service de poste à domicile.

Considérant que les alternatives proposées n’étaient pas au mieux des intérêts de la population de Milvignes, mais également des communes environnantes, et tenant compte du soutien populaire manifesté par une pétition munie de plus de mille signatures, le Conseil communal a exprimé le souhait que la desserte postale soit maintenue à l’identique. Sur fond de plusieurs polémiques fédérales, la Poste Suisse SA a notifié à la Commune de Milvignes, le 10 avril 2018, une décision de fermeture de l’Office d’Auvernier. Le Conseil communal a contesté cette décision auprès de la Commission fédérale de la Poste (PostCom) demandant l’abandon de la procédure et le maintien des offices postaux de la Commune.

Parallèlement, le Conseil communal a invité la population à se réunir en un rassemblement populaire le 28 mai 2018, afin de manifester le souhait du maintien des offices postaux de Milvignes et plus particulièrement de celui d’Auvernier dont la fermeture a été décrétée, malgré l’opposition du Conseil communal et la contestation portée auprès de la PostCom. Dans le même temps, le Conseil communal a, par courrier, invité le Conseil fédéral, en la personne de Mme Doris Leuthard, à agir pour arrêter le démantèlement prévu et appliqué par la Poste Suisse sur le territoire fédéral, afin que les chambres fédérales puissent se déterminer sur cet objet et sur la gestion générale de l’entreprise.

Si la Conseillère fédérale Doris Leuthard reconnaît, par courrier, que « garantir un service universel suffisant à tous les groupes de population et dans toutes les régions du pays est un des buts fondamentaux de la législation sur la poste », elle mentionne également le fait que le Conseil fédéral assure le « pilotage de la Poste en lui assignant des objectifs stratégiques », mais n’exerce « aucune influence sur les affaires opérationnelles ». L’édile fédérale temporise en invitant le Conseil communal à « attendre la recommandation de la PostCom ».

Ainsi, bien que conscient des craintes de la population face aux transformations du réseau postal qui peuvent être perçues comme une réduction de prestations, le Conseil fédéral confirme les objectifs stratégiques de la Poste Suisse SA. En soulignant les objectifs financiers de l’entreprise et en refusant de surseoir à la fermeture des offices postaux, le Conseil fédéral applique sans y déroger le principe que la fin justifie les moyens, confirmant ainsi sa confiance dans une direction opérationnelle de la Poste Suisse SA, récemment mise en cause dans plusieurs affaires importantes.

Le Conseil communal, fort de la confiance témoignée à plusieurs reprises par la population de la Commune de Milvignes, réaffirme sa détermination à protéger non seulement l’Office postal d’Auvernier, mais également les filiales de Bôle et de Colombier, contre des fermetures qui desserviraient l’intérêt citoyen et seraient contraire à la notion même de service universel. (Comm.)